Plusieurs lacs de villégiature de la région, dont le Lac des Îles, ont un barrage à leur décharge. D’autres n’en ont pas, c’est le cas du Grand et du Petit lac du Cerf, du lac Gauvin, du lac Rochon, du lac David ou encore du lac Tapani.

1. Variation naturelle du niveau de l’eau

De façon générale, on peut observer une certaine tendance concernant la variation naturelle du niveau de l’eau en fonction du cycle saisonnier. Ainsi, le niveau de l’eau atteint son minimum durant l’hiver avant de remonter drastiquement au printemps en raison de la fonte des neiges et des précipitations. Au début de la saison estivale, les niveaux de l’eau atteignent alors leur niveau maximal et commencent ensuite à baisser pour atteindre leur niveau plus bas (étiage) vers la fin août et en septembre. Les pluies automnales font ensuite remonter temporairement les niveaux. Puis, avec l’arrivée du couvert de glace, les niveaux sont à la baisse durant l’hiver, et le cycle recommence! Bien que cette tendance soit généralement observée en fonction du cycle saisonnier, certains évènements ponctuels, comme de fortes précipitations ou un épisode de sécheresse prolongée, peuvent interrompre celle-ci, momentanément.

 

2. Autres facteurs qui influencent le niveau de l’eau

 

a. superficie et relief

Par ailleurs, les caractéristiques physiographiques du bassin versant dans lequel se trouve le plan d’eau, comme la superficie ou le relief, jouent aussi un rôle important au niveau de la réaction du plan d’eau aux conditions météorologiques. En général, les bassins versants de petite superficie et présentant un relief accentué (vallée encaissée) ont tendance à réagir plus rapidement aux conditions météorologiques que les bassins versants de grande superficie ou présentant un relief relativement plat. Cela s’explique par le fait que l’eau a tendance à ruisseler davantage plutôt que de s’infiltrer dans le sol, et celle-ci se dirige donc plus rapidement vers le cours d’eau. Le niveau de celui-ci augmente alors rapidement suite à une crue soudaine, de forte intensité et de courte durée.

b. imperméabilisation du territoire

L’imperméabilisation du territoire et l’efficacité des réseaux de drainage peuvent jouer pour beaucoup dans la dynamique des niveaux d’eau : un territoire imperméable et fortement drainé (asphalte, toitures, fossés, drains, etc.) augmente le ruissellement aux dépends de l’infiltration de l’eau dans le sol. Il y a donc un pic important des niveaux lors de pluie, mais peu de recharge souterraine lors de périodes sèches.

Texte rédigé par le COBALI

 

 

Références :

http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/…/Etat-eau-ecosysteme-aquatiq…

http://ijc.org/…/les-niveaux-deau-des-grands-lacs-devraien…/

http://ijc.org/fr_/islrbc/FAQ_1

 

Consultez le deuxième article sur la variation du niveau d’un lac écrit par le Cobali
Lisez cet article ici