Projet de Signalisation sur le lac des îles

“L’équipe d’administrateurs de l’Association de Protection du Lac-des-Îles était présente aux deux débarcadères (aux secteurs de Mont-Laurier et de Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles) ainsi qu’au Camping Plein-Air les samedis avant-midi, 21 et 28 juillet, pour rencontrer les utilisateurs du lac. L’activité avait pour but de sensibiliser les plaisanciers à différents enjeux liés à la navigation et à la préservation du cours d’eau. Dans ce contexte, les administrateurs ont remis gratuitement une carte du lac (résultat du long travail réalisé par l’équipe de l’association cet hiver et au cours des dernières années) sur laquelle les utilisateurs pouvaient trouver toutes sortes d’informations utiles telles que les écueils et les zones de myriophylle à éviter en bateau, les zones priorisées pour les sports nautiques, de même que le code de conduite réalisé par l’association.

L’association tient à remercier les personnes rencontrées pour leur écoute et leur ouverture.

Un grand merci aux collaborateurs financiers qui ont permis la réalisation de ce projet.

L’équipe d’administrateurs est composée de Danielle Joly (présidente), Danielle Chartrand, Michelle Boucher, Benoit Bisaillon, Guillaume Bélec, Noël Lauzon, Michel Saint-Germain et Jacques Sénéchal”

Les informations au sujet de ce projet

Dans les deux dernières années, les membres de l’APLI nous ont fait part à plusieurs reprises de leurs inquiétudes face à l’augmentation du nombre et de la taille des bateaux qui circulent sur le lac des îles. Plusieurs observent l’impact des vagues de fortes amplitudes sur l’érosion de leur berge.

Extait du Plan directeur de l’eau du lac des îles

Impact des activités nautiques

  • Des bateaux circulent régulièrement à grande vitesse dans les baies ou dans les herbiers, entre autres,de myriophylle à épi.
  • Préoccupation partagée par plusieurs quant à la présence d’embarcations appartenant à des villégiateurs et des touristes de passage qui ne respectent pas le code d’éthique et les bonnes pratiques de navigation.
  • Plusieurs riverains sont préoccupés par le grand nombre de plaisanciers sur le lac, notamment ceux provenant de l’extérieur, dans un contexte où les bateaux sont de plus en plus puissants. Les mauvaises pratiques nautiques telles que la vitesse excessive près des rives, la circulation dans les herbiers et notamment de myriophylle à épi ou la création de vagues surdimensionnées induisent diverses problématiques : bruit, érosion des rives, remise en suspension des sédiments, propagation des fragments de myriophylle à épi, danger pour les embarcations non motorisées et les baigneurs, etc. La grande accessibilité du lac, dont l’accès est gratuit, sans contrôle et sans dispositifs efficaces pour le lavage des embarcations, est perçue comme une problématique très importante pour les riverains.

Certains proposent l’installation de barrières aux débarcadères pour permettre un contrôle et une sensibilisation des plaisanciers. Ce qui  ressort de certaines interventions sous‐entend que l’absence de tarification et de mécanisme de barrière rend le lac particulièrement accessible comparativement à d’autres où il y a un tarif ou des modalités d’accès. Certains intervenants souhaiteraient en fait limiter l’achalandage comme solution au problème des bateaux.

 

  • Certains notent toutefois une amélioration des pratiques, entre autres le respect des zones délimitées par des bouées. Plan directeur de l’eau du bassin versant du lac des Îles 57
  • Certains intervenants, notamment les municipalités, sont préoccupés par la privatisation des lacs, qui sont des biens publics au Québec. Plusieurs sont préoccupés par la difficulté de sévir face aux mauvais comportements étant donné les multiples juridictions et la quasi‐absence de surveillance.
  • Les mauvais comportements avec les bateaux à moteur ressortent comme le point le plus préoccupant lors de la consultation publique. Cette problématique semble perçue par les gens comme une nuisance globale (bruit, batillage, érosion des rives, vitesse, myriophylle à épi, etc.)

L’APLI étant un organisme de sensibilisation des plaisanciers et riverains et  de protection de la qualité de l’environnement, nous avons mis de l’avant un projet qui fait appel à l’éducation des plaisanciers tout en assurant leur sécurité.

L’APLI a débuté ce projet en 2017 en entreprenant les opérations suivantes :

  • Cartographie

– Faire l’inventaire des zones de myriophylle et les cartographier;

– Cibler les écueils et les cartographier;

– Cartographier les endroits où seront installées les bouées qui délimiteront les zones de passage des bateaux. Par exemple : Préciser la distance de passage de la rive à une vitesse de 10km/h; délimiter les zones d’activités des wake boat (300 m de la rive).

Nous utilisons les données des études réalisées par diverses universités et le regroupement Coalition-navigation.

  • Bouées et ballons

– Achat et installation des bouées et ballons à installer aux endroits cartographiés. La première étape de balisage du lac a nécessité l’achat et l’installation de 2 bouées et de 20 ballons.

Description du rôle des bouées et ballons :

  • Les bouées portent des informations indiquant la distance de la berge où il faut naviguer.
  • Les ballons marquent les écueils, les zones de myriophylle ou une zone de passage.
  • Affichage

Réviser le code d’éthique et l’imprimer au verso des cartes bathymétriques.

Le code d’éthique des usagers du lac des îles a été entériné par résolution par les 2 municipalités riveraines soit Mont-Laurier et Saint-Aimé-du-lac-des-îles.

– Installation de 2 panneaux d’affichage aux débarcadères (panneaux de 36 x 72 po);

– Installation de 3 affiches aux 3 campings (panneaux de 24 x 48 po);

– Production et diffusion d’affiches format poster qui seront installées aux hôtels de ville, aux campings et dans certains commerces;

– Production de cartes bathymétriques individuelles qui remises aux plaisanciers et aux riverains.

Une opération de distribution a eu lieu aux débarcadères et aux campings les samedis 21 et 28 juillet.

L’ensemble du projet a nécessité un investissement de plus de 10 000$.

Les 2 municipalités riveraines, la fondation pour l’environnement de la MRC Antoine-Labelle, la mine Imerys, le député provincial, M. Sylvain Pagé et les membres de l’association de la protection du lac-des-îles ont cru en ce projet et ont contribué financièrement à sa réalisation.