Le 24 et 25 juin 2016, nous étions présentes au quai public de Saint-Aimé-du-lac-des-îles en compagnie de Stéphanie Mailot du COBALI. Nous avons sensibilisé plusieurs plaisanciers sur les bonnes conduites à adopter sur l’eau afin de respecter l’environnement.

Nous avons mis l’accent sur la problématique du myriophylle en épi. La prolifération de cette plante aquatique, exotique et envahissante peut avoir de graves conséquences sur le plan d’eau. Le myriophylle se propage rapidement et change l’écosystème en diminuant la biodiversité du milieu. Sa présence affecte autant les espèces végétales que les espèces animales. Son mode de reproduction se fait principalement par bouturage. Ainsi, lorsqu’une tige est coupée et non ramassée, elle peut retourner au fond du littoral et produire de nouvelles racines pour former un nouveau plant.

Nous avons donc recommandé aux plaisanciers de ne pas naviguer dans les zones de 0 à 3m de profondeur pour éviter de couper le myriophylle qui pourrait s’y trouver. Nous avons distribué des dépliants qui portaient sur cette plante aquatique et sur le code d’éthique. Ce dernier comporte une carte du lac avec les zones à éviter. Nous avons aussi donné des chaudières identifiées par le logo de l’APLI. Elles serviront à entreposer les fragments de myriophylles coupés qui pourraient se retrouver sur les hélices des bateaux. Ensuite, ils pourront être jetés à la poubelle.

Nous avons également mentionné l’importance de bien inspecter et laver son bateau entre chaque changement de lac. Les plaisanciers peuvent le faire dans des stations de lavage comme celle qui se trouve au Lac-du-Cerf ou simplement par eux-mêmes. Il suffit de suivre ces 5 étapes :

Videz l’eau de cale et du vivier loin du plan d’eau
Retirez les résidus (boue, plantes, poissons, appâts)
Jetez les résidus loin du plan d’eau ou dans une poubelle
Nettoyez la remorque, bateau et autres équipements
Répétez l’opération pour chaque changement de plan d’eau

Finalement, lors de ces deux journées, nous avons informé une vingtaine de personnes, en espérant que nos conseils les incitent à adopter des comportements adéquats pour le lac.

Laurie Lamoureux-Samson et Sarah-Anne Godard
Agentes de sensibilisation